Peintures II - Site de Geneviève DINDART

Aller au contenu

Menu principal

Peintures II

Peintures


La Question du Corps1,2. (2007-2010)


Derrière l'exposition d'un artiste,
Il y a toujours un secret,
Le secret que l'artiste garde, que les oeuvres gardent,
Ce qui reste équivalent, sans doute,
A ce que le spectateur, l'Autre,
Garde aussi en parcourant les images de l'exposition.
A chacun ses secrets donc, ... chasse gardée.


Ce texte, nomade, a voyagé et c'est tant mieux.
Celui-ci a permis deux années 2009 et 2010 très denses où j'ai présenté plusieurs expositions.

J'ai parcouru entre 2007 et 2010, un très long voyage de création, de production, autour des oeuvres principales de Frida Kahlo3 (1907-1954). Au travers de ce parcours, de son oeuvre et de son immense travail pictural, j'ai créé un immense espace.

Pourquoi Frida Kahlo
4 ? Cette question n'a pas vraiment d'importance.
Je pense aussi que celle-ci peut tout à fait rester hors-champ.
J'ai été instinctivement aspirée par sa création autobiographique, que beaucoup jugeraient comme morbide, voire encore trop passionnée. Par un appel sourd et très profond, j'ai revisité
5 en quelque sorte ses oeuvres principales, donnant corps peu à peu à une série de toiles, d'esquisses, de dessins. Ce travail, de 2007 à 2010, parle du Corps et je crois avoir été le plus loin que je puisse dans la "relance et la réorganisation" de la question du Corps.

La Question du Corps est un titre qui me plaît. Question dans tous les cas car je ne vois pas encore pour quelle raison le corps ne serait alors qu'une réponse simple, claire, "compacte et transparente." Le dyptique question et réponse ne m'attire pas non plus, pour ce qui nous concerne ce soir, car le lien entre les deux n'existe que difficilement.

"Ceci est mon Corps", ce titre que j'aurais pu choisir, cette phrase que j'affectionne plutôt, porte en elle "une interrogation toujours aussi poignante et irrésolue", des grottes de Lascaux à ... Frida Kahlo, en passant par beaucoup d'autres.

De quel Corps s'agit-il ?
Au contact de quel Corps est-on ? Aux limites de quel Corps est-on ?
"Y-a-t-il des époques sans Corps ?" Au contraire, existe-t-il des époques avec ... "plus de Corps ?"

"Permanence de la Question du Corps, permanence de la cruauté."
Le couple Présence/Représentation ne cesse de poser question
6. Et, "à ce modèle d'opposition théorique, le corps a finalement toujours résisté."

Ce Corps résiste.
Il "résiste en postures déplacées, parfois malades, parfois pathétiques, à l'absorption par le grand Corps majoritaire." Nous pouvons entendre Corps majoritaire par Corps Social, Corps politique, Corps familial, Corps de la consommation à outrance via "ses objets d'intimidation", mais aussi Corps de l'analyste, Corps morcelé de l'analysant, morcelé car toujours habité par une collection totalement incohérente de désirs, Corps de l'analyse...

Lorsque l'on parle de Corps, deux autres mots s'associent: "Le Dedans et le Dehors", l'un n'allant pas sans l'autre, l'un n'allant pas sans son autre.

Ce Corps donc, ce "bordel d'organes", est-ce l'intime, ... l'extime
7 ?
Ce lieu d'impact et de tensions est-il vraiment "pur volume d'échanges avec le dehors ?"
Ce Corps qui semble si naturel
8, est-il seulement une surface réceptive à une multitude de sens?  
Ou est-il aussi une surface susceptible de prendre une multitude de sens, de significations, où sur celle-ci, des sexuations, des codes, sexués, ethniques, politiques y seraient inscrits
9 ?

"Le plus profond, c'est la surface
10" nous indique Kandinsky, avec une tonalité très actuelle.
Si son affirmation était à prendre au pied de la lettre, nous pourrions alors envisager le Corps "comme non-site", pouvant s'adapter, se rendre "disponible à des situations autres, étrangères, minoritaires." Car "sans cesse le Corps s'échappe, passe au dehors ou au devant de lui-même dans son devenir-public révélé."
"La grande affaire du créateur
11 n'est-elle pas de rendre la peur, l'absurde, au moins agissant et attrayant? Et pourquoi pas joyeux ?" Héroïsme de la joie. Il y a "un héroïsme de la joie chez Picasso, la joie de peindre, d'exhiber en peignant les Corps glorieux." Il y a un héroïsme de la joie en fin d'analyse, lorsque le Corps morcelé traverse une rue, traverse une ville, en se demandant pourquoi autant de paroles vaines ont passé, autant de signifiants découverts ont fini par déconstruire une vie qui paraissait entière. Parole vide, parole fausse, parole pleine pour un Corps reconverti.

"A l'autre pôle de la Création, on trouverait le corps foudroyé d'Antonin Artaud, desquamé par la lime noire de l'exécration." Picasso, Artaud, ... Kahlo, quelques figures de la possession, "du devenir Corps à la mesure, démesurée, de l'astreinte artistique." Le Corps de l'artiste comme organe absorbant
12 de l'activité artistique elle-même, n'est-il pas un médium sacré?
Ce médium est-il incarné ?
"Il ne saurait y avoir pourtant d'autre mesure pour le Corps que celle qui s'inscrit singulière et immanente, à même lui."
Mesure du Corps par le Corps, interrogations du Corps par lui-même, "micro sensations", "macro sensations"corporelles, sport pour un Corps qui "discipline", déchaînement schizoïde pour un Corps coupé en deux ou fragmenté, Corps à fragmentation retard, Corps objet...

Ce Corps, oui...
Mais... quel Corps ?
Le Corps résiste.

Le Corps de Frida Kahlo a résisté. Il a tenu droit, le plus droit qu'il puisse. Sublimé, restructuré, il s'est rendu à cette invitation intime du dépasser l'intenable, par le peindre, le dessiner, le construire une oeuvre. Cette oeuvre attachante, intimiste, ouvrant vers l'extérieur, a passé déjà plusieurs générations. Son pouvoir émotionnel reste immense et n'a pas pris une ride. Il est question, au-delà de son Corps de femme, isolé, brisé
13, d'un Corps solaire, militant, toujours à l'oeuvre, amoureux, passionné, intemporel, guérisseur.

Et c'est, dans cet écart, mais aussi dans l'angle ouvert de ces deux relations que je voulais ce soir inscrire mon témoignage, redéfinissant au passage la définition du mot "témoignage": en tant qu'engagement du sujet mais aussi sûrement instauration de l'expérience même qui y fait fonction.




Références Bibliographiques:
1 Ce texte représente ma contribution au Séminaire de Joseph Rouzel: "Malheur dans le Capitalisme", le 12 octobre 2010 à Psychasoc, où j'ai présenté, en support, une vingtaine de peintures et de dessins. Ce texte prend appui aussi très largement sur quelque article de presse, note prise, référence bibliographique, étudié dans ce cadre et venant, littéralement, re questionner le Corps dans le champ artistique. (Voir plus bas.)
2 Labaume V. L'avenir d'une promotion. art p n° 174. Décembre 1992.
3 Rauda Jamis. Frida Kahlo. Biographie. Editions Actes Sud, coll. Babel. 1999.
Parmi beaucoup de textes sur l'artiste Kahlo, ce texte me semble le plus objectif et surtout le plus fourni. Il y en a évidemment beaucoup d'autres...
4 "Et sans y prêter vraiment attention, je commençais à peindre." Frida Kahlo, notes personnelles.
5 Ce verbe choisi, revisiter, est à prendre au pied de la lettre, dans le sens de visitation, car je pense avoir été définitivement visitée par son oeuvre...
6 René Huyghe. Dialogue avec le visible. Editions brochées Flammarion, 1972.
7 Jacque Lacan. Le Séminaire. Livre 7, l'éthique de la Psychanalyse (1959-1960). Editions Seuil, broché. 1986. " En affirmant la notion de jouissance, Lacan va l'extraire de la Chose Freudienne, soit comme cet extérieur archaïque et mythique perçu par l'infans bien avant qu'il puisse le conceptualiser, mais qui demeure au coeur de l'intimité du sujet: ce qu'il nommera l'extime." Voir aussi C. Colbeaux. De la Jouissance. Le Monde.fr, article du 30/03/12. (note rajoutée sur le texte.)
8 "Nous instaurons le Corps comme lieu de complexité, d'étrangeté et de liberté, (...), comme identité trouble de corps dissidents avec la question de l'intersexualité." Maria Klonaris et Katerina Thomadaki.  Le Cinéma Corporel. Editions L'Harmattan, coll. Champs Visuels, Paris, 2006. Immenses artistes et figures de proue du Cinema Expérimental, ce texte est une première publication de synthèse qui rassemble, en un seul livre, toutes leurs recherches, écrits, études inédites, images, photos, installations...
9 David Le Breton. Le tatouage, cette nouvelle forme de signature personnelle. Publication HUFFPOST 06/06/14. (note rajoutée sur le texte.)
10 W.Kandinsky. Du Spirituel dans l'Art et dans la Peinture en Particulier. Editions Gallimard, coll. essais, 1989.
11 Entendons Créateur par... tous les artistes: peintres, dessinateurs, écrivains, poètes, architectes, designers, sculpteurs, vidéastes, cinéastes, plasticiens, musiciens, photographes, artisans ...
12 Notes prises.
13 "Je ne brisais donc pas le miroir qui au premier abord m'avait tant torturé. Mon intégrité même en aurait été éffritée. Et, poussant plus loin mon analyse, ce n'est pas simplement refléter mon image que j'ai fait en la peignant mais récolter l'autre image, la réalité de mon corps, brisée, elle, vraiment. Je volai l'image au miroir, lui qui avait failli me dérober mon identité, à force de me persécuter, de me remettre tout le temps en question." R. Jaumis. Frida Kahlo, biographie. Editions Actes Sud, coll. Babel. 1999.




Retourner au contenu | Retourner au menu