Peintures 2010 2020 - Formation d'Art Thérapeute les ateliersgarance Genevieve Dindart Formation

les ateliersgarance
genevieve dindart formation
Création Expression Art Thérapie Médiations et Travail Social
les ateliersgarance
Aller au contenu

PEINTURES 2010 2020

"Ceci est mon Corps " puis "Les Quatre Eléments " , "Les Chemins perdus " , "Ramblas ",
"Naufrages en Méditerranée ", "Ichtus " sont les principales séries de ces années 2010-2020.
" Ceci est mon Corps " cette série de toiles parle de tous les attentats perpétrés dans le monde, de la violence qui dessine des contours de plus en plus visibles. Une toile "FEU ! " parle de la guerre, de la pulsion de mort, des collines informes, de la terre noire et émiéttée, de la brume sale, des brouillards intenses qui se figent, de l'avenir qui se plombe.
Syrie, Afghanistan, et bien d'autres pays, rimant avec nausée, haine, peur.
Corps qui flottent, terre qui colle, ombres éfflanquées, pitoyable attelage et rivière boueuse aux reflets de sang.
" Soyons les plus, soyons les plus beaux... (1) " Comme en surimpression, deux corps libres, aux bras vifs, aux visages dégagés, guettant le mouvement de l'air, cherchant le son, les hanches rivées à la terre, dans un axe très droit, prêts à vivre, à danser, à goûter : entre l'eau et l'air, la terre et le feu. Les 4 éléments peuvent alors être nommés, l'un après l'autre, comme dans un murmure intime et secret. Interconnectés, comme dans un autre temps. " La durée de l'éclosion, l'autre césure, celle du commencement, de l'éternel recommencement : un instant célébré, forcément extatique, forcément cyclique, condensé en instants heureux, aigres-doux, amers, vivants. (2)"
1- Titre donné au texte de présentation de mon exposition de mai 2017 au Palais des Rois de Majorque à Perpignan et inspiré de la chanson de François & The Atlas Mountains. : "Les Plus beaux."
2- Colette. La maison de Claudine, Pl, II, p.268..
La mère éternelle de Colette, SIDO, possédait un don de l'observation extraordinaire. Dans ses captures visuelles, toujours très sereines, elle déclarait :

" Vois ! Regarde ! Arrête-toi ! Cet instant est si beau ! Y-a-t-il d'ailleurs, dans toute ta vie qui se précipite, un soleil aussi blond, un lilas aussi bleu à force d'être mauve, un livre aussi passionnnant, un fruit aussi ruisselant de parfums sucrés, un lit aussi frais de draps rudes et blancs ? Reverras-tu plus belle la forme des collines ? "

Cet impérissable saveur du souvenir nous renvoie à un autre siècle où : " Maisons et jardins, magie des lumières, rimaient avec magie des odeurs, harmonie d'arbres et d'oiseaux, murmures de voix humaines qu'a déjà suspendu la mort. (3)" Tout un temps maternel des commencements ...

(3) Colette. La retraite sentimentale, Pl, I, pp.886-888.

" La plage est lisse comme en hiver. (1) "
L'impact est immense. Nous sommes le 11 mars 2011. Internet déborde, les images aussi.
"Ainsi votre corps va être emporté loin de moi, loin des frontières de mon corps, il va être introuvable et je vais en mourir."
" Il ne sera plus rien. " Ou encore : " Tout d'abord je ne l'avais pas prévu du tout comme pouvant avoir lieu. "
Côte Pacifique de Tohoku, tremblement de terre, Tsunami, accident nucléaire, vague indomptable, fumée noire, 4 réacteurs qui, comme 4 abcès fermés, rougissent et vont faire très mal ...
" 4 éléments pour FUKUSHIMA. (2) "  : Terre irradiée, feu irradiant, eau contaminée, air ultra-toxique. Pour la toxicité du périmètre, nouveau barème de calcul de ses territoires interdits, mis en quarantaine, la terre japonaise n'est plus visitable. La japon se fige, sous des millions de regards.

(1) Duras M. Agatha. Editions de Minuit. 1983.
   au  C-H-R-U de Montpellier. Hôpital La Colombière. Espace Culturel. 2012..
" Les Chemins perdus " font suite à mon travail autour du drame de Fukushima.
Des hommes marchent. Des hommes sont en marche. Ils marchent. Vers où ? Nul ne sait, vers quoi ? Nul ne sait encore. Quelque chose n'est pas dit. Quelque chose est tû. Le chemin n'apparaît pas, l'horizon reste flou. Le paysage qui entoure ce cortège d'hommes en marche peut-être la très haute montagne, à l'aube, ou de nuit. Ce paysage peut être encore tout autre chose, une plaine, basse, qui s'accroche aux nuages improbables et opaques. Les pas sont à peu près sûrs, le silence pesant semble luire comme un reflet de glace. La banquise, en surface gelée, vient s'éterniser sous des pas insolubles. Rien n'est dit, la cordée est étrange, elle relie comme une ligne, des hommes chancelants. Itinéraires retardés, chemins perdus.


" RAMBLAS. "

En totale opposition des chemins perdus, une série a vu le jour : observation de population qui marche dans la ville : Barcelone, Paris. L'observation se veut dynamique. Hommes, femmes, enfants, personnes agées, couples d'amoureux, japonais qui se photographient devant leur bus ... Que les villes sont belles ! Combien les boulevards et les places viennent témoigner de cette vie débordante et pleine de détails inouîs !

Les "Naufrages en Méditerranée " (série de 3 toiles) m'ont permis de parler de tous ces désastres et scènes dramatiques sur nos écrans de télévision. Naufrages ... trajectoires et mouvements humains dans le monde actuel, reflexion sur les notions d'enracinement et de déracinement et sur les questions identitaires qui leur sont attachées. Naufrages, campements et dé campements, espaces humanitaires de maintien en vie des vulnérables... voire indésirables. L'étranger, toujours. Etrangers à nous-mêmes.



"Ichtus " série de 4 toiles, exposées en 2016, lors de la Biennale Art Sacré de Collioure, organisée par la Confrérie de la Sanch, font suite aux "Naufrages en Méditerranée."
Cette reflexion plastique parle de la quête d'un avenir meilleur : " L'ailleurs comme ici " dirait Paul Virilio... L'abondance, la terre natale et le manque, l'espoir, l'identité et la vie nouvelle ...
Les lignes et les filets, La pêche, les gros poissons ... la bonne augure.



" Voyages en TER " ont vu le jour lors de mes très nombreux voyages en train pour venir vers Perpignan et Collioure, longeant la côte et observant toutes les nuances de sa beauté. La Côte Vermeille, côte du Roussillon, située à l'extrème Sud des Pyrénées Orientales, délimitée à l'Est par la Méditerranée, à l'Ouest par le Massif des Albères et au Sud par l'Espagne. Fortement découpée et rouge comme ses roches de shistes au lever du jour et à la tombée de la nuit, dans ses successions de caps, de anses, de falaises, un voyage en TER à fleur de reflets de vitres et de paysages somptueux.

GALERIE

ateliersgarance                
Retourner au contenu