Peintures 1995 2004 - Formation d'Art Thérapeute les ateliersgarance Genevieve Dindart Formation

les ateliersgarance
genevieve dindart formation
Création Expression Art Thérapie Médiations et Travail Social
les ateliersgarance
Aller au contenu

PEINTURES 1996-2004

"Mon travail de Création a débuté en 1994, bien après mes études d'architecture et design à l'Ecole CAMONDO, alors que je poursuivais une recherche en Art et Thérapie à l'Hôpital Paul Guiraud Villejuif. A cette époque, je cherchais un lien qui me permettrait de relier tout l'enseignement avant-gardiste de cette prestigieuse école mais aussi de celui de tous les professeurs qui m'ont tous transmis quelque chose. Cette possibilité de me former encore s'est présentée lors d'une expérience pilote aux Beaux-Arts et au C-H-U de Bourges , sous la tutelle commune des Ministères de la Culture et de la Santé (Formation en Art et Thérapie). La transmission est quelque chose de très important pour moi et j'ai une très grande inclination vers tout ce qui peut relier l'Art et ses applications, autres.
Dès 1996, j'ai produit toute une série que j'ai nommée : " Des Fragmentations. " Sur des formats identiques, une fragmentation de la forme s'est imposée, multipliant les plans facettes, amenant un travail de contours et de limites. Pourquoi ce choix des Fragmentations ? Picasso a dit un jour : " Je fais souvent un tableau pour un coin de la toile que personne ne regarde..." Cette phrase, je l'affectionne encore. En un sens il a complètement raison, et mon premier tout petit travail se prénomme :" Fragment sous vide " : un corps en vrac dans un carré plastique. Ces Fragmentations se situent au sein d'une recherche sur l'équilibre et le déséquilibre. Toutes ont été travaillées sur des supports de toile et de papier, provenant d'autres toiles " mises en morceaux. " En un sens, c'est une recherche tout à fait vaine de perfection de la forme, dans l'idée d'atteindre quelque chose (que l'on n'atteind jamais... sauf à la limite, visuellement !), Pour essayer d'approcher encore plus sa complexité, le processus d'élaboration a dès lors amené plusieurs problématiques, répétées pour chacune des pièces. Chaque élément du tableau est mis en valeur en regard d'un autre, dans une logique interne à chacun des collages. Chaque fragment est comparé à un autre, dans un essai d'associations. de réunification,
Mes recherches plastiques se situent dans le champ d'une construction et reconstruction permanente, à l'intérieur d'un temps qui se fait et se défait. J'oscille entre un intérieur très intimiste : l'atelier, et un autre, ouvert, nomade, déployable, dans une volonté d'extérieur toujours en mouvement. Ces 2 pôles me sont nécéssaires, à la conception et à la création. Dès 2002, une réflexion autour du labyrinthe en a été le fruit : "Les Mémoires Sélectives." Dans cette exploration, je me suis confrontée à des formats plus grands, venant dépasser l'idée du collage, y amenant d'autres liens. L'idée de la tension, par l'utilisation des fils de pêche et l'idée de l'empêchement, souvent présents dans ma recherche plastique, m'ont conduit peu à peu à imaginer un autre terrain de mouvance, autour de la couleur notamment et de constructions plus poussées.
1997 : une série se déploie autour du thème du visage : "Des Identités." Sur des formats presques identiques, j'ai souhaité multiplier les plans facettes en amenant un travail de contours et de limites. En utilisant du papier à grain très épais, sur lequel la peinture est bue simultanément, créant ainsi une patine très particulière, j'ai voulu ré intégrer le papier évidé de sa forme initiale, comme pour mieux cerner encore ce visage, recréé ainsi à chaque fois. Le résultat en est cette série de visages altérés, où une réserve de combinaison s'opèrent visuellement, par rapprochements ou par opposition.

GALERIE

ateliersgarance                
Retourner au contenu