- Site de Geneviève DINDART

Aller au contenu

Menu principal

ateliersgarance


L'
ateliergarance , créé par Geneviève DINDART au CHRU de Montpellier-Hôpital La Colombière, en 2006, est AU PRESENT. IL s'articule en deux parties, lieu de formations tout d'abord dès 2001, créé pour un public de travailleurs sociaux, nomade car décliné à Montpellier et à Paris, puis atelier d'expression et lieu de recherche adapté à la Psychiatrie, à l'Educatif et au Social.
Formée au long cours à la Psychanalyse, G. Dindart n'a cessé de s'appuyer sur l'éclairage de ses techniques.
L'
ateliergarance est né de toutes les façons il y a plusieurs années et sans doute bien avant 2001 ...
Sélectionnée sur dossier lors de la première formation pilote en Art et Thérapie, formation alors très audacieuse, financée par les deux Ministères de la Santé et de la Culture(1992), Geneviève DINDART fait plusieurs rencontres qui seront dès lors décisives. De l'enseignement traditionnel et avant-gardiste donné par les Ecoles d'Art (Atelier Hourdé, Ecole Camondo : graphisme, volume, perspective, peinture, design...) elle tirera le maximum d'éléments pour trouver son écriture, style et manière en culture et création. Très vite d'ailleurs, elle s'éloignera des systèmes traditionnels atelier/production/galerie pour imaginer d'autres productions possibles, incluant l'intime d'univers plus baroques comme la Psychiatrie. Dès 1996, elle investit deux ateliers en Intra puis plus tard un atelier d'expression aux Ateliers 18(PGV Villejuif), sous la direction de M. le Docteur Chino, au sein de son équipe pluridisciplinaire. Elle fait une rencontre artistique qui sera pour elle capitale: " En effet, j'ai rencontré d'abord tout l'arsenal thérapeutique de cet immense Hôpital, infirmiers, psychologues, psychiatres, patients, des liens inouïs se sont tissés. Une jeune femme que j'accompagnais en peinture, bien mal en point, a semblé me faire des signes d'une nature immensément profonde. Il me semblait en fait qu'elle me livrait comme un enseignement. J'ai passé des années électriques là-bas, complètement immergée, entre ma formation psychanalytique, ma production artistique et les patients de l'Hôpital Paul Guiraud Villejuif."

2001, année de transition pour elle, G. Dindart décide d'agrandir son expérience en la proposant sous la forme d'enseignement et de formation destinée à un public de soignants, de travailleurs sociaux : "Ce public est très ludique, passionnant. Je me sens toujours très heureuse à l'idée de rejoindre un groupe pour une semaine. Les partages sont souvent très riches et ça bouge plutôt bien. Ils viennent voir un peu ce qu'est un atelier, comment ça fonctionne... ou parfois pourquoi ça ne fonctionne pas ! Un atelier, une expression, quel médium, image, peinture, lecture, vidéo, photo...quel type d'accompagnement ... c'est presque infini comme histoire. Je suis souvent frappée de voir qu'ils n'ont pour la plupart jamais peint et qu'au bout de deux jours, ils pondent des choses incroyables !"

En 2006, G. Dindart investit un atelier d'expression au CHRU de Montpellier-Hôpital La Colombière (Centre de Jour/ Espace Culturel), avec lequel elle collabore jusqu'en 201
3 : essai de recherche pluridisciplinaire, espace de recharge, temps de production. Redynamisant la parole, le geste, la présence à soi et aux autres, " les pathologies peuvent rester en retrait, libérant chaque patient pour un temps, un temps d'expression, un temps vivant pour exister avec les autres et parfois autrement " comme l'a souligné L. Aubert en parlant de celui-ci... "

"L'ateliergarance fait partie intégrante de mon travail. J'ai toujours souhaité pousser quelques recherches avec les patients des services avec lesquels j'ai collaboré ou je collabore. Si ceux-ci sont d'accord pour montrer leurs productions, alors nous exposons ensemble. C'est ma manière de travailler. Essayer que l'art puisse pénétrer chaque parcelle, chaque surface de l'atelier, ce peut être un de mes points de vue. (...) Essayer que chacun puisse extraire quelque chose de sa propre impression. Essayer aussi que les choses se fassent tranquillement, simplement. Construire aussi quelque chose sur la discipline de la pratique de l'art, avec des horaires, la conscience de la fatigue, l'absence prolongée d'idées, le fil de la production rompu, les résistances, les blocages réels où rien ne vient... (...) L'atelier serait-il un espace où tout se prépare, où l'on est prêt, ne sachant pas ce qui va arriver tout en faisant tout ce qu'il faut pour que quelque chose arrive ? L'atelier est un lieu unique. Souvent, je suis frappée de la manière dont les patients parlent de l'atelier. Ils parlent aussi immanquablement des conditions inconscientes de la création, dans un lieu qui est à la fois dehors et dedans, privé et public, interdit et ouvert. (...) L'important de ce qui préside à l'art, ou à sa possible présence, est la capacité de l'imagination à se mettre en scène elle-même. L'imagination crée, non seulement elle élucide, mais elle anticipe. Mieux, la puissance du désir qu'elle met en oeuvre est capable de faire advenir l'évènement. (...) Tirer le fil de sa production, savoir l'apprécier à sa juste valeur, être conscient du temps que cela peut prendre, de construire quelque chose de cohérent, dans une perspective de mémoire du lieu de création mais aussi évidemment de laisser se développer le plus possible, dans des conditions souples, ce que l'on appelle le processus de création. Et là, il faut être plutôt attentif, processus de l'élaboration de l'oeuvre, la formation de la forme entrain de se former. (...)
Certains sujets découvrent alors une peinture qui correspond à leur vérité, celle de leur personne comme celle de leur temps : comment par exemple une toile est un lieu du présent, un lieu efficace, comment une autre peut-elle être un lieu d'intuition, de prémonition, comment peut-elle enfin anticiper sur le futur.  Vie, présence, rayonnement de l'oeuvre... Nous pouvons aussi nous reposer enfin la question de la situation de celui ou de celle qui l'a créée. (...) Au fond, une toile ne se fait jamais seul, même si au moment de sa réalisation, il ou elle l'était. (...) Une production prend toujours en charge tout un tas de paramètres...(...) Le principal est que quelque chose se maintienne du côté de l'ouvert. "


201
3/2018, de tout nouveaux projets se mettent en place, agrandissant les angles et les perspectives de vues et l'ateliergarance devient tout simplement, en 2016, les ateliersgarance,  donc pluriels, car arrimés à plusieurs disciplines et de création,  et principalement de Formations ( enregistrés sous le N° 91-34-08841-34- Geneviève DINDART Formation, référençable dans le Datadock.)


(Extraits. Textes. Dindart G. La médiation comme un immédiat artistique et thérapeutique, dans tous ses états. (Juin 2008) puis Je regarde les autres peindre. (2010). Voir Bibliographie.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu